CONTREPÈTERIE

*CONTREPÈTERIE n. f. XVIe siècle, au sens de « modification volontaire des mots ». Dérivé du moyen français contre-péter (XVe siècle), composé de contre et de péter, « équivoquer », puis « imiter, contrefaire par dérision ».
Lapsus simulé, calembour où, par l’interversion de sons ou de syllabes, dans un mot ou un groupe de mots, on obtient un effet burlesque. « Trompez sonnettes » pour « Sonnez trompettes » est une contrepèterie. Des contrepèteries osées, grivoises, de mauvais goût.
 
je n’ai pas de rebords à mes épaulettes
 
je vous laisse le choix dans la date…
 
Le cuisinier secoue les nouilles…
 
Elle est folle de la messe.
 
Arriver à pied par la Chine
 
Dilater sa rate rendait toute chose la jeune comédienne
 
six trous, six fûts, six caisses, pour trouver le trou du fût il a fallu écarter les caisses.
 
Elle jouait sur un tenis et pension
 
la fille du capitaine m’a fait mander à bord
 
quand les nippons bougent, la chine se dresse
 
Les douaniers poussaient leurs Fouilles au fond des Caisses…
 
Ce patron manie le beton a la tonne….
 
Contrepétrie belge : il fait beau et chaud
Advertisements
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s